Passer au contenu principal

Plan du site | Remerciements et crédits | Vos commentaires | English | Inuktitut

Signalisation routière d'arrêt, où on peut lire le texte en anglais et en inuktitut.

Culture

Signalisation routière du Nunavik

Inuktitut

Parlée par plus de 90% des Nunavimmiut, la langue Inuktitut est source de fierté et porteuse d'une histoire, d'une culture et d'une tradition ancestrale rattachée au territoire. Elle est un exemple remarquable du rapport entre langue et identité culturelle.

La vie au quotidien, les règles sociales et les valeurs sont représentées par l’Inuktitut qui contribue à son tour à définir sa culture. Cette langue unique démontre ainsi sa capacité à porter l’histoire et d’être à la base du développement d’idées d’aujourd’hui et de demain.

La langue Inuit est parlée de la pointe est de la Russie jusqu'au Groenland par près de 100 000 personnes. Au Canada, le terme Inuktitut est utilisé pour en comprendre toutes les variantes linguistiques. Au Nunavik, le Nunavimmiutitut, un des dix dialectes de l'Inuktitut du Canada, peut se classer en deux sous-dialectes reconnus, le Tarramiut, généralement retrouvé sur la côte de la Baie d'Ungava et l'Itivimiut, le long de la Baie d'Hudson.

Origines

Une de sept langues appartenant à la famille linguistique eskaléoute, l'Inuktitut s'apparente au niveau de sa syntaxe et de sa morphologie aux langues yupit, parlées en Alaska et au nord-est de la Sibérie. Au moment de l'arrivée des Thuléens en Amérique du Nord, une forme ancienne d'Inuktitut était parlée, plus près de ses langues cousines. C'est au cours de la longue migration de l’ouest vers l’est qu'elle se serait graduellement distinguée et transformée en sa forme actuelle.

Jusqu'en 1902-1903, une enclave de Tuniit nommés Sallirmiut occupe l'Île de Southampton au nord-ouest du Nunavik. Il était dit qu'ils parlaient un "étrange dialecte", possiblement eskaléoute, mais très différent de l'Inuktitut moderne. Ces Sallirmiut furent tous emportés en quelques semaines par une épidémie, mettant une fin tragique à un peuple et sa culture en entier.

Caractéristiques

Contrairement au français ou à l'anglais, l'Inuktitut est considéré comme langue agglutinante, c'est-à-dire une langue où le vocabulaire est formé par l'assemblage d'éléments de base souvent invariables. C’est aussi le cas, entre autres, du japonais, du swahili et des langues turques. Ceci permet d’exprimer en un seul mot d’Inuktitut des concepts qui en nécessiteraient plusieurs en français ou en anglais.

Le vocabulaire est composé de mots formés d’une base (appelée morphème) à laquelle se greffe un ou plusieurs suffixes pour en modifier ou préciser la signification. Un des exemples caractéristique évoqué pour représenter la versatilité et la richesse de l'Inuktitut du Nunavik est la palette de plus de vingt-cinq mots utilisés pour décrire les divers états de la neige. En voici quatre :

qanik : neige tombante
qanittaq : neige tombée récemment
qannialaaq : neige tombante légère
qanniapaluk : neige tombante très légère, avec absence de vent

Écriture

Tableau montrant la correspondance entre l'alphabet inuktitut et l'équivalent en sonorités écrites.

Système d'écriture syllabique (partiel)

L’écriture de l’Inuktitut est fondée sur un système d’écriture syllabique créé par James Evans, missionnaire du XIXème siècle. Evans, à une période préalable durant laquelle il travaillait en Ontario, tente de transcrire avec précision les sonorités de la langue Ojibwé. Inspiré de la sténographie, il développe un système syllabique où voyelles et consonnes sont représentées par neuf symboles écrits dans diverses positions. Adopté par les Cri le système fut éventuellement adapté puis graduellement introduit au territoire actuel du Nunavik. D’abord utilisé par les missionnaires à des fins d’évangélisation, il fût adopté par les Inuit tant pour la correspondance que la préservation de dates et d’informations du quotidien.

Quelques phrases écrites en alphabet inuktitut, avec la traduction en français, et la prononciation correcte. Parmi ces phrases se trouvent : Bonjour, Comment allez-vous? et Je vais bien.

Exemple d'écriture syllabique

Haut de page