Passer au contenu principal

Plan du site | Remerciements et crédits | Vos commentaires | English | Inuktitut

Portrait de Beatrice Deer souriante, avec en arrière plan un tableau représentant des fleurs.

Récits

Beatrice Deer

Beatrice Deer : Art, identité et vie

Deux femmes face à face, en train d'interpréter un chant de gorge.

Beatrice Deer et Pauyungie Nutaraaluk chantant un katajjaq (chant de gorge)

Beatrice Deer est chanteuse, auteure-compositeure et militante née à Quaqtaq. En plus de jouer régulièrement pour des festivals de musique et des événements culturels Inuits, elle travaille présentement au Secrétariat des arts du Nunavik à l'Institut culturel Avataq de Montréal.

«  Les arts sont au centre de ma vie. Personnellement, je sais que l'expression artistique est extrêmement importante. Lorsque tu es un artiste, tu es naturellement enclin à créer. Ça devient une raison d’être. Je comprends donc ce que les artistes éprouvent lorsqu'ils se sentent de cette façon. Je trouve qu'il est très important de pouvoir créer, c’est pourquoi j'aide les artistes dans mon travail avec subventions et projets tout en les aidant à trouver des opportunités dans tous les domaines des arts: la sculpture, la peinture, la littérature, le cinéma, la musique, les arts multidisciplinaires.

En tant qu'artiste, nous ne sommes pas tous de grands communicateurs de ce que nous ressentons et quand nous ressentons quelque chose, nous ne savons pas nécessairement l’identifier parce que nous ne pouvons pas le mettre en mots ... Il nous faut donc un certain temps pour le découvrir. Pour moi, en tant que musicienne, quand je ne peux pas trouver les mots à ce que je ressens je l’exprime à travers la musique. C'est alors que le vrai “moi” ressort.

Je pense qu'il est extrêmement important de garder une connexion à son passé et d’être connecté à ses traditions, parce que plus on est certain de sa propre identité, plus on est sûr de soi-même. Et plus on est confortable avec soi-même dans sa propre peau, meilleure sera sa vie. Tout a un rapport avec notre identité. Ce que nous faisons, la façon dont nous nous habillons, la façon dont nous parlons, tout.

Quand on ne connait pas son identité, il n'y a pas de paix, pas de direction, pas de racines, pas de sol, pas de fondation, rien. On s’éparpille. Alors on essaie toutes sortes de choses différentes, on ne peut pas rester connecté à une chose, on est toujours à la recherche de quelque chose, une recherche perpétuelle. Donc, plus on sait d'où on vient et fier d'où on vient, plus fort et plus stable on devient.

Je suis passée par beaucoup de changements depuis plus de cinq ans et je veux partager non seulement avec mon peuple, mais avec les gens en général que la vie peut devenir parfois vraiment difficile, mais elle peut aussi s'améliorer... On a juste besoin de se consacrer à avoir une meilleure vie, à rechercher de l’aide et ne pas en avoir honte. C'est pourquoi j'en parle tant, pour que les gens puissent être encouragés à chercher de l’aide s’ils veulent apporter des changements dans leur vie.

Nous avons tous tellement de potentiel. Nous avons tous des forces et nous avons tous des faiblesses et nous sommes tous différents, mais plus nous sommes stables, plus nous serons forts. Nous avons besoin de plus de gens pour encourager un mode de vie positif, pour encourager la vie saine, l'expression et la guérison. C'est la clé. Le Nunavik a beaucoup de douleur. Il a sa beauté, il a son positif mais parfois il a l’impression que le lourd est plus lourd. La balance est déséquilibrée.

Les Inuits ont traversé la colonisation, à des degrés divers, et même si ça appartient au passé, ses effets se font encore ressentir aujourd’hui. Par exemple, les enfants qui étaient dans les écoles résidentielles ont été blessés et brisés. Certains d'entre eux n'ont pas eu les outils pour guérir et sont devenus des parents eux-mêmes. Il ya donc un peu de cette souffrance qui a été transmise.

Mais nous devons prendre possession de nos vies aujourd'hui. C'est vraiment ce qui est la clé, de prendre en charge sa propre vie. Si tu sais ce que tu as besoin de changer alors vas-y, sois courageux. Sois courageux et ne passe pas des années de ta vie entière pensant que tu ne peux pas. Ne passe pas à côté de la vie, ne manque pas les occasions, fais du bon avec ta vie. On a tous le potentiel et des raisons d’être, donc ça me rend triste que les gens peuvent vivre toute leur vie en souffrant. Parce que j'ai souffert pendant une longue période et je ne savais pas qu'il y avait autre moyen jusqu'à ce que je me sois vraiment dit "ok je dois m’essayer, je veux voir à quoi ça ressemble". On a besoin de courage, mais tout le monde a ça à l’Intérieur, c'est juste que souvent les gens ne le savent pas. C'est pourquoi j'en parle. Les gens ont parfois besoin de cette étincelle, pour amorcer la démarche. »

Haut de page