Passer au contenu principal

Plan du site | Remerciements et crédits | Vos commentaires | English | Inuktitut

Portrait de Julie Grenier, souriante.

Récits

Julie Grenier

Julie Grenier : Jumelage de deux mondes

Portrait de Julie Grenier tenant un vêtement blanc ornementé de perles et de morceaux de verre soufflé.

Julie Grenier tenant une oeuvre collaborative avec l'artiste Judith Dubord de Saint-Jean-Port-Joli

Native de Kuujjuaq, Julie Grenier est artiste du perlage ainsi que Directrice générale de Taqramiut Nipingat Inc. dont le mandat est de promouvoir la culture et l’image des Inuits, par les Inuits et à l’intention des Inuits. Elle est aussi membre du conseil d’administration du réseau APTN (Réseau de télévision des peuples autochtones).

« Au Nunavik depuis le contact, le jumelage entre les cultures existe depuis assez longtemps, et la société n’aurait pas évolué de la manière dont elle a évolué si le jumelage ne s’était pas fait. Mes parents sont mariés d’un jumelage Nord-Sud, et c’est quelque chose qu’on voit de plus en plus. C’est certain qu’il existe des tensions, ce n’est pas tout le monde qui s’entend, c’est comme dans n’importe quelle société. Je crois tout de même que les gens vivent assez harmonieusement ensemble.

Kuujjuaq est un peu différent. Puisque c’est grand avec une population plus importante, on va retrouver des cliques, justes des Inuit, des francophones, des anglophones, ou d’un même environnement de travail, qui se regroupent ensemble.

Pour les Inuit, c’est une adaptation qui est nouvelle que de vivre dans un plus grand centre comme Kuujjuaq. Le Nunavik est une société qui, il y a 60 ans, vivait une vie nomade, des petites familles, des petits groupes qui voyageaient ensemble. Devoir s’intégrer entre nous et avec d’autres dans une centre avec une population plus grande comme Kuujjuaq, ça fait un gros changement. C’est d’apprendre à vivre entre nous, en plus de vivre avec des gens d’ailleurs.

Je pense que la survie des traditions est un concept vivant avec les jeunes. Les gens de ma génération sommes passés à travers une phase où les gens étaient moins fiers, en se repoussant des traditions et coutumes et essayant de s’assimiler plus à une vie du Sud, de ville… Mais aujourd’hui on voit les jeunes qui ont une fierté d’être Inuit, de différentes façons.

Par exemple les cours de perlage, ou les différents ateliers, ou les cours où j’ai appris à coudre, faire des vêtements, ce sont des choses qu’on voit qui sont données de plus en plus, comme comment faire un parka, et on voit que les jeunes créent leurs propres vêtements. Il y a une fierté là-dedans, de porter ce qu’on a fait.

C’est la même chose avec la langue inuktitut, le camping, les jeunes veulent sortir. C’est comme s’ils ont décidé de se reprendre en main, et de développer cette fierté là, et on en parle beaucoup. En milieu scolaire aussi, on apprend à sortir les jeunes encore plus, avec les professeurs de culture.

Des gens de mon âge, début trentaine, qui disent qu’ils avaient honte d’où ils venaient jusqu’à ce qu’ils réalisent qu’ils viennent de quelque part duquel on peut être fier. La réalisation a été transmise aux plus jeunes, la génération suivante, et eux sont fiers.

Je pense que cet élan n’est pas dû à un seul groupe ou infrastructure, c’est vraiment un combiné de différents facteurs qui ont fait que les gens ont voulu en apprendre plus, même donner un transfert de connaissances. Il y a eu une grosse poussée à un moment donné, comme Avataq, les commissions scolaires, au niveau local Makivik qui a construit des maisons de couture dans les villages, ce qui fait qu’on avait un endroit où on pouvait se rassembler, se donner des cours, il y a eu des fonds qui ont été disponibles pour acheter les matériaux et donner les cours. Il y a plusieurs facteurs qui ont contribué à nous amener où nous en sommes aujourd’hui.

Aujourd’hui, à parler à des jeunes, on sent qu’il y a une grande fierté… les gens de mon âge et les plus jeunes sont fiers de leur langue et de leurs origines. C’est quelque chose qui vient naturellement. »

Haut de page