Passer au contenu principal

Plan du site | Remerciements et crédits | Vos commentaires | English | Inuktitut

Gros plan d'un fruit de couleur rouge vif, avec en arrière plan une végétation verte et sombre. Le fruit ressemble à une framboise.

Une terre

Baie de chicouté

Terre de ressources

Oeuvre d'art en feutre appliqué représentant une scène au campement Inuit. On y aperçoit une femme se peignant à côté d'unte tente et d'un séchoir à poisson, ainsi que deux hommes revenant de la chasse au morse. On aperçoit des tentes en arrière plan.

Appliqué (2007) Mary Elissiapik, Inukjuak
L'oeuvre représente une scène de camp où on aperçoit une femme se peignant à l'aide d'un peigne en os, un séchoir à poisson, des tentes de toile et deux hommes revenant de la chasse au morse.
Collection d'art Inuit de la FCNQ

Riche d'une flore et d'une faune adaptée aux rigueurs du territoire, le Nunavik est aussi terre de ressources aux Nunavimmiut pour lesquels l'importance est profondément enracinée à une identité collective. Caribou, oie, beluga, phoque, saumon ou omble chevalier ne sont que quelques-unes des espèces prisées non seulement pour leur valeur nutritive et leur saveur mais aussi pour les matériaux qu'ils fournissent pour la conception de vêtements ou la fabrication d'objets traditionnels.

Gros plan d'un ensemble de poissons de couleur blanche et grise, tachetés de noir, dans un contenant après la pêche au saumon.

Saumons de rivière après la pêche

La période de l'année à laquelle ces animaux sont chassés dépend de critères comme la migration, la qualité de la fourrure ou le cycle de reproduction. Les saisons et l’imprévisibilité des conditions météorologiques sont aussi des critères importants puisqu’ils affectent directement l’accessibilité aux ressources.

La quête de la nourriture traditionnelle, appelée niqituinnaq, nécessite donc une connaissance approfondie du territoire, de la faune qui l’habite et de ses multiples visages saisonniers en constante transformation.

Valeur nutritive et préparation

La nourriture traditionnelle au Nunavik est riche en substances nutritives ayant de nombreux avantages pour la santé. Par exemple, la protéine se trouve dans la chair de caribous, belugas, omble chevalier et phoque. Le fer se trouve en grande quantité dans le foie de phoque (sept fois plus que dans la viande de boeuf), l’oie et le lagopède. L’omble chevalier et le phoque sont d’excellentes sources d’acides gras oméga-3, et les fruits saisonniers sont autant de sources de vitamine C.

Les espèces prisées par les pêcheurs et chasseurs du Nunavik ont des particularités nutritives et des préparations qui leur sont propres.

Mains avec gants de plastique manipulant des filets de poisson coupés de manière égale et les répartissant sur une grille pour les préparer au fumoir.

Préparation de saumon de rivière fumé

Les parties non comestibles de l’animal servent servir à la confection de vêtements et d’objets traditionnels. En voici quelques exemples.

OMBLE CHEVALIER (Iqaluppiq)

Riche en protéines, en fer et en vitamines B, l’omble chevalier peut être consommé cru, congelé, fumé, vieilli ou cuit. Séché, il contient des acides gras oméga-3, bénéfiques à la prévention de problèmes cardio-vasculaires et de certains cancers. La peau et la tête sont une importante source de calcium. Traditionnellement, les os pouvaient être transformés en aiguilles. La peau, dans certains cas, servait à la confection de vêtements imperméables pour les déplacements en qajaq.

VALEUR NUTRITIVE
(par portion de 100g)

Énergie : 154 Cal
Protéine : 20 g
Gras : 8.1 g
Sodium : 51 mg
Potassium : 551 mg
Omega-3 : 6 g

PRÉPARATION
Peut être consommé cru, congelé, séché, fumé, vieilli ou cuit. Par exemple :
- Boulettes froides de chair cuite d’omble chevalier, liées à l’aide de mayonnaise, de jus de citron et d’oignon émincé.
- Darnes cuites au four servies sur un lit de champignons rôtis.
- Chair égouttée d’omble chevalier combinée à des bleuets frais cueillis.

CARIBOU (tuktu)

Consommé cru, congelé, vieilli, cuit ou séché, le caribou est une source riche en fer et en protéines. La viande et le foie sont d’excellentes sources de vitamine A, et le sang une importante source de fer. La viande de caribou est extrêmement maigre avec un taux de gras de 1%. Parmi les usages non alimentaires, la peau est un excellent isolant et peut autant servir pour la confection de vêtements que de tapis au sol pour y dormir. Les tendons dorsaux sont utilisés comme cordage. Les os et bois étaient utilisés traditionnellement pour la confection de boîtes à aiguilles et de grattoirs.

VALEUR NUTRITIVE
(par portion de 100g)

Energie : 127 Cal
Protéine : 23 g
Gras : 3.4 g
Sodium : 57 mg
Fer : 26% de l’apport quotidien
Vitamine B12 - 105% de l’apport quotidien

PRÉPARATION
Peut être consommé cru, congelé, séché, vieilli ou cuit. Par exemple :
- Chili épicé de caribou, composé de viande hachée, d’une sauce aux tomates et de haricots.
- Côtelettes de caribou braisées et cuites, nappées d’une sauce de canneberges, cassonade, moutarde sèche, vinaigre et jus de citron.
- Ragoût de caribou, fait de cubes de viande, de carottes et de poivrons doux.

BÉLUGA (qilalugaq)

Le béluga est une source alimentaire importante de certaines communautés du Nunavik. Le maktaaq, l’épaisse peau et sa mince couche de gras, contient zinc, sélénium, rétinol (vitamine A d’origine animale) et vitamine C. La viande rouge de l’animal est consommée séchée, congelée, crue ou cuite. L’huile, convertie à partir du gras de l’animal, servait à la cuisson ou était brûlée dans une lampe qulliq en pierre. La peau, une fois tannée, devient un cuir doux et résistant pour la confection de chaussures.

VALEUR NUTRITIVE
(par portion de 100g)

Energie : 127 Cal
Protéine : 25 g
Gras : 4 g
Sodium : 60 mg
Fer : 26% de l’apport quotidien
Vitamine B12 - 105% de l’apport quotidien

PRÉPARATION
Peut être consommé cru, séché, vieilli, bouilli ou cuit. Par exemple :
- Peau de beluga bouillie, pour une durée de 30 minutes dans de l’eau salée.
- Viande de beluga rôtie au four avec pommes de terre, oignons et carottes dans la rôtissoire.

PHOQUE ANNELÉ (natsiq)

La viande et les organes du phoque sont une source de protéines, de fer et de vitamines B. Le foie contient du sélénium. La peau, poreuse et huileuse, est imperméable tout en permettant l’évacuation d’humidité. Elle s’avère ainsi parfaite pour la conception de bottes, de manteaux ou de pantalons. L’huile est utilisée pour le chauffage et l’éclairage. Traditionnellement, les intestins servaient à la fabrication de manteaux imperméables.

VALEUR NUTRITIVE
(par portion de 100g)

Energie : 108 Cal
Protéine : 26 g
Gras : 0.3 g
Sodium : 0 mg
Phosphore : 195 mg
Fer : 20% de l’apport quotidien

PRÉPARATION
Peut être consommé cru, congelé, bouilli, sèché ou vieilli. Par exemple :
- Viande de phoque rôtie au four avec pommes de terre, oignons et carottes dans la rôtissoire.

Haut de page