Passer au contenu principal

Plan du site | Remerciements et crédits | Vos commentaires | English | Inuktitut

Vue extérieure d'un igloo complété, la nuit, où on peut voir la lumière à travers la paroi de neige et de l'entrée de l'habitation accessible en rampant au sol. On aperçoit plantés dans la neige les outils utilisés, tels que pelle, machette et scie à bois.

Une terre

Igloo complété construit par Allen Gordon, Centre de formation du Nunavik en survie arctique (NASTC)

Une géographie de contrastes

D’une superficie sensiblement équivalente à l'Espagne et supérieure à l'État de la Californie, le Nunavik étonne par l'immensité et la diversité de son territoire.

Carte géographique de la région du Nunavik avec l'indentification des villages.

Carte du Nunavik

Sa géologie, sa géographie, les extrêmes de son climat et la présence du pergélisol contribuent à en définir les zones écologiques. Le Nunavik abrite aussi d'impressionnantes manifestations naturelles.

Limite des arbres

La limite des arbres est la bande de transition entre la toundra forestière et la toundra arctique arbustive à partir de laquelle les arbres ne peuvent se développer.

Carte géographique du territoire du Nunavik, avec une division traversant le territoire d'ouest en est qui indique la limite des arbres.

Carte de la limite des arbres

Parmi les facteurs déterminants de cette limite se trouvent le manque de chaleur estivale, la profondeur de la zone active du pergélisol, la composition du sol et le drainage. Les températures extrêmement froides et prolongées, peuvent geler la sève à l’intérieur d’un arbre et le tuer. Le pergélisol peut empêcher l’établissement d’un réseau de racines suffisamment profond pour le soutien structurel nécessaire. Lorsque les racines sont trop peu profondes, les arbres sont beaucoup plus sensibles au vent et à l'érosion.

Écozones

Il y a au Canada 20 écosystèmes majeurs, nommés écozones, dont 15 sont terrestres et 5 sont marins. On retrouve sur le territoire du Nunavik quatre écozones terrestres. Ces écozones sont définies par des régions de la surface terrestre qui sont représentatives d'unités écologiques distinctes résultantes de facteurs comme le climat, le relief, la présence d'eau, le sol et la végétation.

Carte géographique du Nunavik où on voit, du haut vers le bas, les strates des quatres écozones.

Carte des écozones

Taïga du bouclier

Climat : Continental subarctique
Précipitations : 175 mm à 200 mm/an
Température quotidienne moyenne : Janvier : -17,5 C à -27,5 C / Juillet : 7,5 C à 17,5 C
Flore : Forêts discontinues tapissées de lichens. Épinette noire dominante. Présence de bosquets d'aulnes, de saules et de mélèzes en zones marécageuses.
Faune caractéristique : Caribou, orignal, loup, lièvre d'Amérique, renard arctique, ours noir, carcajou. Morse, phoque barbu, phoque annelé, phoque du Groenland, épaulard. Bernache du Canada, huard à collier, huard à gorge rousse, bruant hudsonien, grive à joues grises, sizerin blanchâtre.

Cordillère arctique

Climat : Froid et aride
Précipitations : 200 à 300 mm/an
Température quotidienne moyenne : Janvier : -25,5 C à -35 C / Juillet : 5 C
Flore : Végétation rare en altitude.
Faune caractéristique : Morse, phoque barbu, phoque annelé, phoque du Groenland, béluga, épaulard. Grand gravelot, sizerin blanchâtre, bruant des neiges.

Bas-Arctique

Climat : Arctique, hivers longs et froids, étés courts et frais.
Précipitations : 200 mm à 400 mm/an
Température quotidienne moyenne : Janvier : -30 C / Juillet : 10 C
Flore : Arbustes de la toundra, bouleau glanduleux, variété de saules, plantes herbacées, lichens.
Faune caractéristique : Caribou, bœuf musqué, loup, renard arctique, ours polaire, lièvre arctique. Morse, phoque barbu, phoque annelé, phoque du Groenland, béluga, épaulard, baleine bleue, baleine boréale. Bernache du Canada, huard à collier, huard à gorge rousse, oie des neiges, lagopède des rochers, harfang des neiges, bruant des neiges.

Haut-Arctique

Climat : Très sec et très froid, étés très courts
Précipitations : 100 mm à 200 mm/an
Température quotidienne moyenne : Janvier : -30 à -35 C / Juillet : 5 à 10 C
Flore : Herbes et lichens.
Faune caractéristique : Caribou, loup, renard arctique, ours polaire, lièvre arctique, lemming d'Ungava. Morse, phoque barbu, phoque annelé, phoque du Groenland, béluga, épaulard, baleine boréale. Bernache du Canada, huard à gorge rousse, lagopède des rochers, harfang des neiges.

Pergélisol

Phénomène climatique, le pergélisol est défini comme un sol dont la température est inférieure à 0 C pour une durée minimale de 24 mois consécutifs. Sa présence est causée par un climat froid à l'origine d'une moyenne annuelle des températures de la surface du sol inférieure à 0 C.

Carte géographique du Nunavik, où on voit du nord vers le sud les zones de pergélisol.

Carte des zones de pergélisol au Nunavik

Le pergélisol peut demeurer présent à l’année sous la couche active, c’est-à-dire une couche de terre, de roche ou de sédiments qui gèle et se dégèle à chaque année. L'épaisseur de cette couche varie selon la saison, mais elle a en général une épaisseur qui peut varier de 30cm à 4 mètres. La limite entre la zone de pergélisol continu et la zone de pergélisol discontinu correspond en gros à la limite des arbres.

Géologie

Le territoire du Nunavik se divise en zones géologiques qui révèlent une des plus vieille assise rocheuse de notre planète travaillée au cours de deux milliards d'années par une succession de cycles de glaciations, de déplacements tectoniques, d'activités volcaniques et d'érosion.

Carte géographique du Nunavik, où sont illustrées les zones géologiques du territoire.

Carte de la géologie au Nunavik

Le résultat est un paysage varié formé de chaînes montagneuses et de vallées, d'eskers (ces dépôts de sédiments laissés suite au passage de glaciers), de cirques (vallées creusées par l'érosion de la tête d'un glacier), et d'un complexe bassin hydrographique. Ces éléments, combinés à la présence de courants marins, de systèmes météorologiques et de variations annuelles d'ensoleillement déterminent l'écologie du Nunavik.

Domaines bioclimatiques

Le Nunavik se découpe en quatre domaines bioclimatiques. Ces domaines, spécifiques à la flore du territoire, sont définis par la distribution de la végétation en relation au climat, et déterminés par la nature du sol, les précipitations, le relief et les perturbations comme le feu de forêt ou la déforestation.

Carte géographique du Nunavik où sont illustrées par strates, du nord vers le sud, les différents domaines bioclimatiques du territoire.

Carte des domaines bioclimatiques au Nunavik

Pessière à lichens (zone 7)
(Zone boréale / Sous-zone de la taïga)

Caractéristiques : Couvert forestier de faible densité, dominé par l'épinette noire sur des étendues de lichens. Végétation favorisée par le climat rigoureux, les faibles précipitations et le feu.

Toundra forestière (zone 8)
(Zone boréale / Sous-zone de la toundra forestière)

Caractéristiques : Landes arbustives entrecoupées de forêts, causé par présence d'un pergélisol discontinu et de feux. Peuplements d'épinettes noires ne dépassant pas 3m de haut. Côté nord du domaine correspond à la limite des arbres.

Toundra arctique arbustive (zone 9)
(Zone arctique / Sous-zone du Bas-Arctique)

Caractéristiques : Couvert végétal ne dépasse pas 2 m causé par le pergélisol continu et le relief. Présence de saules et de bouleaux nains, de plantes herbacées, de graminoïdes, de mousses et de lichens.

Toundra arctique herbacée (zone 10)
(Zone arctique / Sous-zone du Bas-Arctique)

Caractéristiques : Faible présence de petits arbustes causée par le pergélisol continu et le climat rigoureux. Présence de cypéracées (carex et linaigrette), de graminées, de mousses et de lichens sur un sol fréquemment dénudé.

Haut de page